• L'Allemagne à la veille de la Coupe du Monde 2006 (Publié dans POI, 8 juin 2006)

    8 juin 2006 / 11 h 57
    C'est surtout dans l'est de l'Allemagne que les néo-nazis, révisionnistes, racistes & cie sont actifs
    Par Elif Kayi 




    L'Allemagne s'efforce de donner l'image d'un pays accueillant et ouvert. Le titre de sa campagne de publicité « Le monde invité chez des amis » a été traduit dans sa version française : « Le monde de l'amitié ». L'actualité des dernières semaines - actes racistes, risque de manifestations néo-nazis, refus incompréhensible d'Angela Merkel d'interdire, s'il souhaitait venir, la présence du Président iranien à Nuremberg - porte un coup dur à cette campagne. Reportage.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

       Il y a quelques semaines, l'ancien porte-parole du gouvernement allemand, Uwe-Carsten Heye, déclenchait une violente polémique sur le problème du racisme, en particulier dans les régions de l'Est allemand. Lors d'un entretien donné à la Deutschlandradio Kultur, il expliquait : « Il y a des villes petites et de taille moyenne dans le Brandebourg et ailleurs, où je ne conseille à personne ayant une autre couleur de peau de se rendre. Cette personne n'en reviendrait probablement pas vivante ». Heye avait ainsi évoqué le problème des « zones de « no-go » ».

       Face à ses propos, les réactions ne s'étaient pas fait attendre, en particulier dans les régions de l'Est. Le ministre de l'Intérieur du Brandebourg, Jörg Schönbohm, a parlé de « stigmatisation », d' « irresponsabilité » et de « diffamation ». Le secrétaire général de la CDU du Brandebourg, Sven Petke, est allé jusqu'à qualifier de « bêtise » les propos de Heye. Le procureur général du Brandebourg, Enardo Rautenberg, s'est lui étonné de l'intervention de l'ancien porte-parole : « S'il avait dit cela il y a 15 ans, on aurait pu comprendre. Mais, aujourd'hui, cela dépasse l'entendement. ». Pour le procureur, le racisme violent des régions de l'Est appartiendrait au passé, c'est-à-dire aux premières années ayant suivi la réunification. Allant dans ce sens, un couple d'avocats de la ville de Neuruppin (Brandebourg) a même déposé une plainte contre Heye pour incitation à la haine. Plainte qu'ils ont justifiée dans un communiqué : « Les propos de Mr Heye sont faits pour condamner une partie de la population du Brandebourg. En tant qu'habitants du Brandebourg, nous nous sentons blessés par Mr Heye dans notre dignité, car il laisse entendre que nous ne respectons pas la loi dans notre région. ».

       Pas si grave le problème du racisme dans les régions de l'Est allemand ? Les rapports de la police de sécurité allemande (Verfassungschutz) de Brandebourg dressent cependant un bien sinistre tableau : en 2004, la région se trouve en tête pour les actes de violence d'extrême-droite. Pour 2005, le rapport évoque dix sept endroits où une importante scène d'extrême-droite est active et dont les membres sont prêts à attaquer tout ce qui ne leur ressemble pas. En 2004 encore, le Brandebourg comptait 3.800 néo-nazis et 10.000 extrémistes violents. En 2005, ces chiffres sont respectivement passés à 4.100 et 10.400.

    <o:p> </o:p>
    <o:p> </o:p>

    <?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /><v:shapetype id=_x0000_t75 stroked="f" filled="f" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" o:preferrelative="t" o:spt="75" coordsize="21600,21600"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></v:path><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock></v:shapetype><v:shape id=_x0000_i1025 alt="" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.proche-orient.info/images/trans.gif" src="file:///C:\DOKUME~1\ADMINI~1\LOKALE~1\Temp\msohtml1\01\clip_image001.gif"></v:imagedata></v:shape>

    <o:p> </o:p>
    <o:p> </o:p>

    <v:shape id=_x0000_i1026 alt="" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.proche-orient.info/images/trans.gif" src="file:///C:\DOKUME~1\ADMINI~1\LOKALE~1\Temp\msohtml1\01\clip_image001.gif"></v:imagedata></v:shape>

    Daniel Cohn-Bendit : « Il y a des régions où il est chic d'être raciste »

    <v:shape id=_x0000_i1027 alt="" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.proche-orient.info/images/trans.gif" src="file:///C:\DOKUME~1\ADMINI~1\LOKALE~1\Temp\msohtml1\01\clip_image001.gif"></v:imagedata></v:shape>

    <o:p> </o:p>
    <o:p> </o:p>

    <v:shape id=_x0000_i1028 alt="" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.proche-orient.info/images/cartouche_corner_info.gif" src="file:///C:\DOKUME~1\ADMINI~1\LOKALE~1\Temp\msohtml1\01\clip_image002.gif"></v:imagedata></v:shape>

    <o:p> </o:p>
    <o:p> </o:p>

       C'est le principe de la langue de bois que Heye, qui est aussi président de l'association anti-raciste « Gesicht zeigen ! » (Montrer son visage), a souhaité dénoncer. Le président de la Commission des Affaires intérieures au Bundestag, Sebastian Edathy (SPD) a tout de suite soutenu ses propos : « Heye parle d'un problème réel. Les actes de violence liés à l'extrême-droite dans le Brandebourg sont huit fois plus élevés que dans le Rheinland-Pflaz. (...) Pourtant, il y a beaucoup moins d'étrangers dans la région du Brandebourg. Dans l'ensemble, le risque d'être victime d'une attaque raciste à l'Est est dix fois plus élevé que dans l'Ouest du pays. Il y a des zones de « no-go », c'est-à-dire des endroits qu'il faut éviter lorsqu'on ressemble à un étranger. ». Edathy, dont le père est d'origine indienne, explique qu'il évite lui-même certains quartiers : « Je ne voudrais pas prendre un train en direction de Berlin-Treptow. Dans le Brandebourg non plus, je n'irais pas partout ». Selon Daniel Cohn-Bendit, vice-président des Verts au Parlement européen, « la réalité est que les écoles avec un grand nombre d'enfants d'origine étrangère se demandent si elles peuvent partir en voyage de classe dans le Brandebourg ou le Mecklenbourg-Vorpommern. Il y a des régions où il est chic d'être raciste ».

    Le Lichtenberg de Berlin, un haut fief de la scène néo-nazie

    Il y a un peu plus de deux semaines, c'était au tour de Giyasettin Sayan, porte-parole du PDS pour les questions liées à l'immigration et membre de la Chambre des Députés de Berlin, d'être agressé par deux inconnus dans le quartier Lichtenberg de Berlin ; juste avant, ils avaient crié « sale Turc ! On va t'avoir ! ». Ce quartier est connu pour être un haut fief de la scène néo-nazie berlinoise. Sayan, qui vit depuis près de 30 ans à Berlin, avait choisi de manière délibérée de s'y installer il y a quelques années pour « donner un signal et servir d'exemple », comme il dit.

       A défaut d'obtenir gain de cause auprès des politiques, la société civile a décidé de réagir et de s'organiser. Le comité de l'Afrique (Afrika-Rat), une organisation composée de 25 associations berlinoises, a publié, avec la Ligue internationale des Droits de l'Homme, une carte montrant les quartiers dangereux de Berlin ainsi qu'une liste de « Conseils lors d'attaques racistes » en plusieurs langues à l'attention des touristes du Mondial. Autour de l'activiste anti-raciste berlinois d'origine camerounaise, Simplice Freeman, un réseau de volontaires s'est aussi établi pour ouvrir une ligne de téléphone gratuite, la Racism Help Line, dans six langues, dont le français.

    <v:shape id=_x0000_i1029 alt=" " type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.proche-orient.info/IMG/art46115-1.gif" src="file:///C:\DOKUME~1\ADMINI~1\LOKALE~1\Temp\msohtml1\01\clip_image003.gif"></v:imagedata></v:shape>

       Un autre problème entache sérieusement l'image de l'Allemagne à J-1 du Mondial. Suite à l'éventuelle venue de Mahmoud Ahmedi Nedjad à Nuremberg, de nombreuses organisations ont lancé des appels pour demander son interdiction de séjour en Allemagne. La semaine dernière, le « Frankfurter Allgemeine » titrait « Plus jamais ! Never again ! ». La communauté juive de Nuremberg, ainsi que la société iranienne d'Allemagne et Amnesty Internationel ont depuis longtemps annoncé leur intention de manifester le 11 juin à Nuremberg. Mais Angela Merkel s'est tue. Finalement, c'est le vice-président iranien, Mohammed Aliabadi, qui sera à Munich vendredi pour le match d'ouverture ainsi qu'à Nuremberg deux jours plus tard. Cette information a été confirmée par la police de Nuremberg. Aliabadi a cependant annoncé qu'il ne remplaçait pas Ahmedi Nedjad, laissant sous-entendre que la visite de ce dernier était toujours possible. C'est alors que la nouvelle présidente du Comité centraldes Juifs d'Allemagne, Charlotte Knobloch, a demandé (le 8 juin) que des poursuites soient engagées contre le Président iranien pour négationinisme s'il se rendait en Allemagne.

       Pour manifester son soutien à Ahmadi Nejad, le parti NPD avait annoncé à plusieurs reprises au cours des derniers mois des manifestations lors des matchs où l'Iran doit participer, en particulier à Francfort le 17 juin et à Leipzig le 21. D'autres manifestations pour l'ouverture de la Coupe du Monde à Munich et à Iéna avaient aussi été annoncées. Les politiques avaient demandé une présence policière renforcée et le syndicat de la police fait appel aux tribunaux pour interdire toute manifestation à proximité des stades.
    Il semble cependant, aux dernières nouvelles, qu'aucune manifestation du NPD ne soit véritablement prévue. Un porte-parole du parti a annoncé hier dans un entretien accordé au « Spiegel » qu'il avait été question pendant un moment de faire une large campagne pendant la Coupe du Monde, mais que cette idée avait finalement été rejetée par le directoire du parti.

       Le vide laissé par le NPD pourrait cependant être comblé par les néo-nazis des camaraderies libres (« Freie Kameradschaften »). Un groupe répondant au nom de « National Socialistes » (« National Sozialisten ») vient d'annoncer une manifestation à Francfort le 17 juin. Son mot d'ordre : « Le monde invité chez des amis – Bienvenu, président Ahmedi Nedjad » (« Die Welt zu Gast bei Freunden – Willkommen, Präsident Ahmadinedschad ». À Munich, c'est le néo-nazi et fonctionnaire du NPD, Norman Bodin, qui, indépendamment de son parti, parle d'une manifestation le 1er juillet : « Rapatriement au lieu d'intégration ».
    La rencontre internationale de néo-nazis « Fête des peuples » qui devait avoir lieu à Iéna le 10 juin a, elle, été interdite. Le motif : pas assez de présence policière pour assurer la sécurité.

       Tous ces faits graves n'entament pas pour autant le moral de Marlene Mortler (CDU), qui préside la Commission du tourisme au Bundestag. Selon elle, le Mondial aura un effet positif sur l'image de l'Allemagne : « Je suis sûre que les visiteurs de la Coupe du Monde seront impressionnés par l'hospitalité et la chaleur des Allemands ».



    Copyright proche-orient.info. Reproduction interdite sauf accord formel de proche-orient.info

    <o:p> </o:p>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :